- Conférence à la salle des fêtes de californie

Posté par lemap le 8 novembre 2009

Le Mouvement des Autonomistes et des Progressistes (MAP) participira à la conférence que donnera Serge Letchimy sur l’avenir statutaire de la Martinique à la salle des fêtes de Californie (près de la mer) au Lamentin en Martinique. Le Jeudi 12 novembre à 19heures vous êtes toutes et tous invités.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

- Kenjah : Eloge de la troisière voie

Posté par lemap le 8 novembre 2009

Eloge de la troisième voie 

Kenjah, le 03 novembre 2009

Laissons un instant aux constitutionnalistes le débat byzantin sur les avantages relatifs, prétendus ou supposés, de tel ou tel article de la Loi fondamentale de la moribonde Vème République française. En vérité 73 ou 74 ne sont que des supports, des moyens au service de stratégies bien plus essentielles à décrypter, car elles expriment aussi bien des visions contrastées de l’à venir du pays que des conceptions opposées sur le mode de gouvernance propre à assurer un véritable décollage solidaire de la Martinique. Evitons d’offusquer l’avenir en hypothéquant la nécessaire unité qui devra succéder au débat, quels que soient les résultats de la consultation. Nous partageons tous (ou presque) la même aspiration au changement, et autour de moi les partisans des deux options proposées sont tous intensément et sincèrement préoccupés de l’état du pays.

Quelle que soit l’option choisie, j’ai beaucoup de respect pour les motivations exprimées par les uns et les autres, d’autant que les convictions sont souvent très proches. Il est d’ailleurs paradoxal de mesurer combien nul n’est dupe du bocal constitutionnel. Le débat porte donc en réalité sur la nature et l’ampleur du changement à entreprendre, et donc, très fondamentalement, sur la méthode organisant ce processus d’évolution. Gardant en mémoire que le débat en filigrane sur la méthode, le « comment », reste profondément lié aux logiques du « quoi » et du « pourquoi », c’est-à-dire ici, non pas tant la question sans réponse effective du développement, que celle du leadership politique et de l’action partisane (la stratégie des partis) qu’il déploie.

Lire la suite… »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

- Gouvernance locale

Posté par lemap le 16 octobre 2009

Les revendications sociales actuelles, qui relèvent aussi bien de l’économique, du social, du politique que du culturel mettent en lumière le phénomène d’une progressive érosion du principe de l’intérêt général défini par l’État et de son corollaire, le mythe du progrès fondé sur les seules avancées technologiques.

Parmi ce foisonnement d’exigences, on peut douter de la pertinence des réponses apportées ceci compte tenu de la multiplicité des demandes, l’hétérogénéité des porteurs quand bien même réunis en collectif, les méthodes de résolution, l’urgence et le manque de recul sur les solutions proposées.

Dans les processus d’élaboration de solutions on peut néanmoins faire les constats convergents qui soulignent en premier lieu :

  • l’importance d‘une approche transversale des connaissances pour prendre en compte la complexité et les multiples dimensions des problèmes de société,
  • la complexité croissante des questions à intégrer dans les processus de prise de décision,
  • l’émergence de plus en plus visible de la société civile avec une nouvelle conception de l’espace public,
  • l’importance des processus de négociation et de médiation dans la construction des solutions.

Ce conflit a mis aussi en exergue le profond malaise qui traverse la presse tant dans ses relations avec ses partenaires extérieurs, que sur des questions de crédibilité.

Remédier au déficit de crédibilité des médias

Certains médias ont un déficit de crédibilité dont ils ne viendront à bout qu’en se montrant scrupuleux, soucieux de la transparence et prêts à se plier aux vérifications. Or le sentiment général est que certains médias échappent à tout contrôle, qu’ils choisissent leurs sujets sans se soucier de l’avis du public et qu’ils publient ce que leurs rédacteurs en chef et non leurs lecteurs souhaitent lire.

Quand on connait la structure du capital et la nature des instances de décision de certains médias en Martinique on peut imaginer que des journalistes soucieux de rester intègres et d’exercer leur métier avec professionnalisme, soient mis à rude épreuve car il leur faut résister à la tentation d’accepter incitations financières et autres, proposées par des groupes d’intérêts.

L’indépendance éditoriale et la transparence financière des organes de presse sont extrêmement importantes car il n’est pas rare que les détenteurs du capital, ou du pouvoir fassent passer leurs propres intérêts avant les critères d’indépendance. La rédaction doit être protégée de tout lien susceptible d’influencer le contenu éditorial.

Un acteur émergeant : la société civile ou encore dit collectif.

Un autre enseignement que j’ai pu tirer de l’observation de cette crise est l’émergence du rôle des acteurs associatifs, et de la société civile organisée, dans la prise de décision. On se souvient du pic de son émergence aux dernières élections régionales avec la liste de l’ancien maire du morne rouge. On n’oublie pas non plus les résultats.

Qu’implique ce constat d’émergence de la société civile ?

Quels sont les multiples acteurs derrière ce concept de société civile ?

En quoi réinventent-ils le politique ?

En quoi leur contribution est-elle nécessaire dans les processus de prise de décision, dans les modalités et les procédures de la gouvernance ?

En ce qui concerne le concept de société civile, chacun y va de son analyse et met l’accent sur tel ou tel aspect et y inclut ou non certains types d’acteurs. Lors d’un des débats, cette question s’est posée, par exemple, au sujet du monde des entreprises, qui pour certains faisait partie de la société civile, et pas pour d‘autres.

Tout est tellement imbriqué lorsqu’on parle « société » qu’il est difficile d’avoir des catégories tranchées. D’une part, il convient de distinguer les entreprises et les institutions financières relevant de l’économie sociale et solidaire (mutuelles, coopératives, fondations) des entreprises et des institutions économiques se vouant exclusivement à la recherche du profit ; et la société civile de l’État – gouvernement et ensemble de l’administration publique- et des partis politiques.

Les initiatives citoyennes rendent encore plus floues ces distinctions. Un même individu ne peut-il pas, en tant que citoyen, à la fois participer à une ou plusieurs associations et être membre d’un parti politique, tout en étant fonctionnaire, salarié, entrepreneur ou actionnaire ? Où et comment situer, par exemple, les élus ?

André-Jean Arnaud[1] se demande comment faire participer les citoyens dans toute leur diversité au processus de création de la norme, alors que dans nos démocraties c’est le législateur, mandaté comme représentant du peuple ou de la nation, qui a légitimité pour réguler la société ? Il montre alors à quel point l’émergence de la société civile amène à repenser la production du droit, qui d’autorité devient progressivement négocié.

I1 souligne également la nécessité de réhabiliter la société civile pour inventer de nouvelles formes de gouvernement, pour réinventer le politique en assurant, au-delà de la représentation, une gestion collective à travers la participation des acteurs sociaux discutant et définissant collectivement leurs buts propres.

C’est toute la problématique de la démocratie participative et de la démocratie représentative.

La refondation de l’action politique

Tous les observateurs s’accordent autant en Guadeloupe qu’en Martinique sur le fait que ce serait une erreur de réduire ces mouvements sociaux aux seules revendications des plateformes syndicales. Il y a derrière un problème de fond, et qu’il nous appartient de ne pas sombrer dans le syndrome de la recette à court terme et de bien prendre conscience que les événements ne procédaient ni de caprices d’assistés, ni de l’expression d’un « macoutisme » larvé que pourrait nourrir les nostalgiques du grand soir.

Ces événements ont révélé un désir, une volonté de faire peuple et d’être reconnus comme tels sans pour cela entrer dans une logique de rupture avec la France en conjuguant droit à l’égalité et droit à la différence

Face à l’ampleur de ce mouvement, le concept de gouvernance à partir des institutions traditionnelles actuelles (le gouvernement) est donc remis en cause au profit de la gouvernance locale sans remise en cause du cadre républicain Français.

Mais ce concept de « gouvernance locale » n’est pas sans ambiguïté. Il peut en effet se traduire comme un instrument de renforcement de la libéralisation des économies qui vise à utiliser les institutions existantes, pour renforcer leurs compétences, et créer entre elles des organes de coordination (agence de la biodiversité, ou encore comité martiniquais du logement etc….) qui pourraient s’avérer nécessaires. Hors en France cette conception qui ne bouleverse pas vraiment les lignes, est déjà discutable en soi, et pourrait être soupçonnée d’une simple stratégie de désengagement libéral de l’Etat. En effet le chantier de la commission Balladur me semble-t’il confirme cette tendance. Au moins pour la France.

En ce qui concerne la Martinique le cadre législatif existant nous réduit à la centralisation parisienne et renforce le déficit de responsabilité collective. Cela me parait difficilement supportable plus longtemps.

Cette centralisation Parisienne nous contraint à une logique d’administration et de gestion de transferts publics, et conduit parfois nos hommes politiques à s’ériger en meilleurs élèves de la classe de gestion en affichant des excédents budgétaires, pendant que 25% de la population active est au chômage et que l’investissement dans le développement économique ne crée pas de zones d’activités, voire d’emplois.

Si on s’en tient à la revendication du collectif, elle se situe dans l’option la plus poussée de l’identité législative de l’article 73 de la constitution. Le stade suprême de la départementalisation, dont le premier ministre lui-même avait souligné son incapacité à favoriser le développement de la Martinique. Comble du paradoxe, les porte-paroles des ces revendications me semblent être à l’opposé d’une telle idéologie.

La gouvernance locale

La situation actuelle se définit en termes de « crise de gouvernance » qui appelle à un aménagement de cadre institutionnel qui ne se trouve pas forcément dans les options actuelles du cadre statutaire que nous offre la constitution. La notion de gouvernance est proposée ici comme un moyen visant à redéfinir la frontière des compétences entre l’État, les pouvoirs publics locaux, la société civile et les acteurs privés, dans le but de repenser la cohésion sociale et territoriale.

Il s’agit en quelque sorte de ne pas limiter le processus de décision à la seule sphère de la démocratie de représentation mais aussi d’y associer des formes de démocratie de participation et de comprendre les articulations nécessaires entre, la décision politique – gouvernementale – et, point fondamental, la société civile organisée. L’objectif est de mettre en lumière l’importance de la prise en compte de la société civile organisée, de ses avis, de ses projets de société et de sa diversité.

Dans l’analyse courante des relations entre les citoyens et la politique, l’Homme politique est en effet trop souvent restreint à sa dimension « gouvernementale et institutionnelle », qui peut manipuler la société civile dans le but de justifier le caractère démocratique du processus gouvernemental et institutionnel de prise de décision politique.

Je suis convaincu qu’il nous faut utiliser cette crise, non par opportunisme mais par pur réalisme, pour sortir de ces schémas traditionnels centralisateurs, décentralisateurs ou autres.

Il nous est possible de l’analyser comme l’endroit d’une nouvelle définition de la notion même de gouvernance, en sorte de mieux l’inscrire dans nos réalités diverses et lui permettre de répondre à nos aspirations à plus de responsabilité.

Cette nouvelle gouvernance prône une démocratisation des processus décisionnels et, de ce fait, elle exige de revoir les frontières entre les prérogatives de l’État, des pouvoirs publics locaux, de la société civile organisée sous forme d’associations et du secteur privé.

Elle met en effet l’accent sur la redéfinition de l’action collective avec l’émergence de nouveaux acteurs politiques comme les associations ou groupements spontanés ou collectifs. Elle est synonyme de participation, négociation, coordination et aussi médiation.

L’émergence de la société civile et le rôle des associations dans les processus de prise de décision, et malgré la diversité thématique et la variété des terrains de discussion, met en exergue :

  • L’importance d’une approche transversale des problèmes sont essentiels pour rendre compte de la complexité et des multiples dimensions des problèmes de société (apprentissage et production de connaissances à travers la systématisation et la confrontation d’expériences, de pratiques et de théories).
  • L’émergence de plus en plus nette de la société civile, avec une nouvelle conception de l’espace public,
  • L’importance des processus de négociation et de médiation.

Cette montée en puissance de la notion de citoyenneté active (intelligence collective) influence en profondeur la recherche d’espaces démocratiques de décision (gouvernance) et influence en parallèle l’effort de participation des citoyens à ces mêmes processus de prise de décision.

La gouvernance locale appelle donc à de nouveaux modes d’élaboration des politiques publiques où l’accent est mis sur l’initiative, la négociation, l’expérimentation et surtout l’audace.

Elle exige des pouvoirs publics qu’ils renoncent à leurs prérogatives en matière de réglementation et qu’ils acceptent une nouvelle forme d’interaction entre les différents partenaires économiques, sociaux et politiques. Elle donne la priorité à une participation accrue du secteur privé et de la société civile à la collaboration dans la gestion des affaires publiques et invite donc à repenser tant la façon de gouverner que les rapports entre l’État et la société.

Elle nécessite la séparation des trois pouvoirs traditionnels. « Le législatif et le judiciaire doivent pouvoir exercer leurs prérogatives en parallèle avec le pouvoir exécutif. La personne investie de la fonction suprême ne doit pas jouir de pouvoirs illimités, mais gouverner pour le bien du plus grand nombre et non de quelques fidèles[2] ».

La gouvernance locale requiert outre la séparation des pouvoirs, la participation, la transparence, la responsabilité, l’équité le respect de la primauté du droit, l’efficacité.

La participation d’un nombre aussi grand que possible de citoyens à la prise des décisions, à leur mise en application et à leur suivi, est un élément essentiel de la gouvernance. Cette forme de citoyenneté active présente l’avantage de remédier au déficit de légitimité qui caractérise les élites politiques traditionnelles, et conduit à la démocratie participative. Pour que les citoyens prennent pleinement et effectivement part aux décisions d’intérêt général, ils doivent être informés et organisés. Cela présuppose l’accès de tous à l’information.

La transparence signifie que les décisions sont prises et appliquées conformément à des normes préétablies que les citoyens acceptent et qu’ils se sont engagés librement à respecter. Il faut pour cela que les personnes concernées par les décisions et leur application aient librement accès à l’information. Il faut aussi que ces informations soient diffusées par des médias libres.

La responsabilité est l’une des conditions essentielles d’une bonne gouvernance.

Toutes les organisations doivent rendre compte de leurs actes devant la totalité des parties prenantes au sein de la société, y compris le public. Cette responsabilité ne peut s’exercer s’il n’y a pas de transparence ni d’état de droit.

L’équité est une autre caractéristique de la bonne gouvernance. Ce principe veut que nul dans la communauté ne doive se sentir « laissé pour compte » et que tous les groupes, en particulier les plus vulnérables, aient la possibilité d’améliorer leur sort. L’équité étant le moyen de l’objectif d’égalité.

La primauté du droit et la mise en place d’un cadre juridique juste, appliqué de manière impartiale est une exigence de La bonne gouvernance qui invite à une triple révolution :

1.      Entre société civile et politique. La refondation impose un nouveau mode de dialogue entre les uns et les autres dont la coopération intercommunale, l’initiative citoyenne et la démocratie participative constituent des modèles des synergies possibles

2.      Entre économie et écologie. L’écologisation de l’économie est une démarche salutaire dans toute perspective de progrès. Cette démarche entrepreneuriale devrait participer à très court terme à création de nombreux emplois.

3.      Dans le mode de rassemblement des Martiniquais. Le modèle sociétal Martiniquais n’est soluble ni dans le libéralisme ni dans le socialisme. Il appelle en Martinique un nouveau modèle de société dans lequel le politique, c’est-à-dire l’autorité publique (l’Etat, les collectivités) doit devenir le défenseur de l’intérêt collectif et non le porte voix d’intérêts particuliers.

Jean-François Lafontaine

2 mai 2009



[1] (ANDRÉ-JEANA RNAUD est Directeur de recherches émérite au Centre national de la recherche scientifique, Centre de théorie du droit, Université de Paris-X-Nanterre;D irecteur du GEDIM, programme MOST/UNESCO (Rio de Janeiro);  Directeur du Réseau européen droit et société (Maison des Sciences de l’homme de Paris) ; Expert près l’UNDP/SURFAmérique latine et Caraïbes, SURF-Afrique occidentale.

[2] Muzong W. Kodi Directeur régional pour l’Afrique et le Moyen-Orient, Transparency International

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

tract

Posté par lemap le 16 octobre 2009

En Martinique, la situation est grave et insupportable.

La Martinique détient un des taux de chômage des plus élevé de France, environ 23% dont plus de 50% chez les jeunes, situation dramatique. Plus de 70 000 personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

 

Chômage : des milliers de personnes sont privés d’emplois, de plus en plus de salariés sont licenciés.

Logement : de moins en moins de logements sont construits, alors que la demande ne cesse d’augmenter

Retraites : des pensions de misère sont versées aux retraités.

Transport : pas du tout organisé sur l’ensemble du pays,

Foncier : aucune vraie politique n’est menée dans ce domaine,

Pouvoir d’achat : il est en baisse, cherté de la vie

 

Autant d’indicateurs significatifs d’une société en mal de développement.

 

Le mouvement social, de février-mars 2009 d’une ampleur historique vient de nous le rappeler et cela nous impose à toutes et à tous : réflexions et initiatives.

 

Manmay matinik, doubout, bwa pou alé’.

Le statut actuel n’est plus adapté aux réalités quotidiennes, et ne répond pas aux aspirations légitimes du peuple Martiniquais. Seule une évolution institutionnelle, vers une autonomie constitutionnalisée, celle du leader fondamental Aimé CESAIRE, que nous portons en nous et défendons avec force depuis plus de 50 ans, pourra nous permettre de sortir notre pays de ce désastre social et humain.

 

Sé pa an lotri !

Il ne suffit pas de sortir un numéro (73-74, etc….) pour faire croire au peuple que tous les problèmes seront réglés. Le destin d’un peuple ne se réduit pas à un numéro, encore moins à l’égocentrisme.

Il faut un véritable projet ambitieux, audacieux et viable où l’homme demeure au cœur du développement.

 

Ce qui est important c’est de savoir ce que nous voulons,

où nous voulons aller,

et comment nous le voulons !

Tro présé pa ka fè jou wouvè

Nous, autonomistes de la première heure, sommes convaincus que cette évolution salutaire vers l’accès à l’autonomie ne doit pas se faire dans la précipitation d’un calcul politicien, au risque de :

  • remettre en cause le socle global du principe d’égalité acquis par nos aînés.
  • rendre inefficace la gouvernance locale par le flou des responsabilités transférées.
  • d’être privé de transversalité entre compétences transférées et non transférées.
  • délégitimer pour longtemps les élus du pays.
  • anéantir l’idée même de progrès dans l’autonomie et dans l’égalité.
  • discréditer gravement toute démarche vers l’émancipation.

 

Kouyonnen doktè, maladi pa djéri !

Elle doit se faire avec le peuple, pour le peuple, et non dans le dos du peuple qui serait mis devant le fait accompli, tout ça, pour assouvir la soif du pouvoir pour le pouvoir.

 

Mi twaziemm chimen an !

Nous proposons pour l’accès à l’autonomie, un processus en 2 étapes indissociables, avec une clause de rendez-vous.

 

1ère étape :

  • Consulter immédiatement le peuple pour la mise en place d’une collectivité unique, disposant de compétences élargies, de possibilités de légiférer au titre d’une expérimentation par habilitation sur cinq ans.
  • Exercer immédiatement les responsabilités dans des matières que nous aurons choisies et obtenues. (économique, social, logement, transport, environnement, énergie, fiscalité, etc….)
  • Négocier avec l’Etat, les modalités du changement de statut dans le respect de la démocratie et dans des conditions ou l’égalité n’est pas l’ennemi de l’autonomie. (yonn ka alé épi lot’)
  • Elaborer le projet de loi organique qui régira les rapports de la collectivité autonome avec la France.
  • Proposer aux Martiniquais, un véritable projet de société en tenant compte de tout ce qui est acquis, tout en ouvrant notre pays à des perspectives modernes de développement.

 

2ème étape

  • Consulter une seconde fois les Martiniquais au bout de ces cinq ans, sur le changement de statut, sur la base des propositions concrètes et des modifications nécessaires que notre expérimentation nous aura permis d’élaborer.

 

Katchil fèt avan la pèy !

Ainsi, c’est en pleine connaissance de cause, que le peuple choisira son avenir.

 

« un pas, un autre pas, encore un autre pas, et tenir gagné chaque pas ! … »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La question du statut politique

Posté par lemap le 16 octobre 2009

abreafrique.jpg

Tout statut politique s’inscrit sous le signe de l’historicité, autrement dit du précaire et du révocable : il n’y a pas de statut de droit divin. L’histoire les fait et les défait selon un clivage qui s’appelle L’HOMME, ses besoins, ses aspirations ». (Aimé Césaire lors du Xème anniversaire du PPM).

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La troisieme voie

Posté par lemap le 16 octobre 2009

L’Autonomie permettant de conjuguer  l’égalité des droits et le droit à la différence est en marche : c’est ce que nous appelons la 3ème voie.

Pour y parvenir, nous proposons un processus en 4 étapes.
1ère étape 
L’obtention de la collectivité unique le 24 janvier 2010.
Nous  invitons à voter :
-NON  le 17 janvier 2010 à  l’article 74 tel que rédigé
-OUI  le 24 janvier 2010 pour la création  de la collectivité unique
2ème étape
Obtenir par le biais  de la loi organique régissant la collectivité unique,  le droit à l’expérimentation   et une habilitation pour légiférer  sur une période de 6 ans.
3ème  étape
Négocier avec l’Etat la modification de la Constitution  pour un changement de statut, dans le respect de l’égalité des droits et le droit à la différence.
4ème étape
Aboutir à une nouvelle consultation du Peuple Martiniquais pour le changement du régime politique de la Martinique, garantissant l’égalité des droits comme socle, et ouvrant des perspectives globales de  responsabilité et d’Autonomie locale.
Les Progressistes et Démocrates  continuent le combat et sauront créer les conditions nécessaires à une véritable période de transition.

Le PPM appelle à une initiative unitaire de toutes les forces démocratiques et progressistes Martiniquaises dans un Mouvement pour l’Autonomie et le Progrès ( MAP) dont l’objectif est d’obtenir, au sein de la République, une région autonome dans le respect de l’égalité des droits et du droit à la différence.

Publié dans Debat institutionnel | Pas de Commentaire »

Bonjour tout le monde !

Posté par lemap le 11 octobre 2009

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

 

Le gaulois fait des siennes |
DIA = A gauche toute |
Africâme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | justiceetvaleurs
| actualité et infos décortiq...
| Le chat à neuf queues